L’importance d’un visuel attrayant

Pour les initié.e.s comme pour les moins fervant.e.s de lecture, la couverture et le titre d’un livre jouent un rôle essentiel dans le processus de sélection d’un ouvrage. Certain.e.s chercheront la simplicité, d’autres seront attiré.e.s par la couleur; car comme dans tous les domaines, les types de consommateur.trice.s sont variés. Or, comment se déroule le processus de création du visuel d’un livre dans une maison d’édition ? Qui a le dernier mot ? Est-ce que l’auteur.trice détient un pouvoir sur ces décisions? L’article suivant tentera de répondre à toutes ces questions.


L’éditeur, maître de l’image de sa maison


Même si l’on a tendance à croire le contraire, c’est l’éditeur.trice qui détient le pouvoir en ce qui concerne l’élaboration de la couverture et la sélection d’un titre approprié pour une œuvre à paraître. Dans le métier, on dit même que ces deux éléments « appartiennent » à la maison. Vous l’aurez certainement remarqué, chaque société d’édition possède sa propre image, sa propre identité visuelle. Prenons pour exemple les Folio de Gallimard; ils sont tous du même format, sont tous d’un blanc cassé, possèdent tous une photo ou un dessin en page couverture et revêtissent la même police de caractère. De loin, on les reconnaît à coup sûr. L’uniformité est, la plupart du temps, un but visé par les éditeur.trice.s.


Généralement, un.e graphiste engagé.e par la maison s’occupera de fournir quelques planches d’esquisses à l’auteur.trice comme à l’éditeur.trice afin que ceux-ci déterminent celles qui ont le plus de potentiel et qui s’adaptent le mieux au projet en cours. L’artiste reprendra son travail et fournira des maquettes plus élaborées, donnant une bonne idée de l’apparence que prendra le livre. De là sera sélectionné le dessin ou le graphisme définitif. Cette décision sera acheminée à l’artiste qui apportera les touches finales et remettra le projet.


Mais… ce n’est pas mon titre!


Eh oui! Il est parfois possible que le titre que vous ayez donné à votre œuvre soit changé par votre directeur.trice littéraire. Si c’est le cas, c’est probablement pour de bonnes raisons : soit parce que votre titre ressemblait trop à celui d’un autre document récemment publié, soit parce qu’il n’est pas bien représentatif du contenu ou du genre dans lequel il s’immisce, etc. Toutefois, ne vous inquiétiez pas : votre éditeur.trice est là pour vous épauler et la communication reste de mise. Ayez une grande ouverture d’esprit et rappelez-vous tout le bagage littéraire, événementiel et promotionnel que possède votre maison d’édition et son équipe. Son but ultime reste toujours de mettre de l’avant vos écrits, de les rendre accessibles et d’attirer les lecteurs qui correspondent à votre lectorat.


Par cette série d’articles sur le processus éditorial, vous aurez certainement remarqué une ritournelle : la communication est la clé qui vous permettra de vivre cette expérience sans le moindre accroc!

89 vues

© 2018 par Éditions Cervidae. Fièrement créé avec Wix.com